Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

brasseurs2015

3ème édition du festival Les Brasseurs du Lac | Jour 2

Publié le par Makizara

3ème édition du festival Les Brasseurs du Lac | Jour 2

Samedi 4 Juillet

Et c’est reparti pour le deuxième jour du festival Les Brasseurs du Lac, toujours à Villeneuve-Tolosane, toujours gratuit, tout ça, tout ça.

J’arrive vers 18h, pas de bouchon sur le périph’ cette fois. Il fait une chaleur de plomb. Les activités de l’après-midi prennent fin petit à petit pendant que quelques festivaliers font trempette dans la piscine en plastique. Nasa commence son mini-set devant les quelques pèlerins qui ont osé braver la canicule. Pour ma part, je ne me liquéfiais pas, je m’évaporais carrément tellement il faisait chaud. Premier concert pour ce tout nouveau groupe formé il y a seulement 1 mois par Arthur des Gabelt et son frangin. Ça sera donc un set instrumental puisqu’il n’y a pas encore de parole. Mais même sans chant, on ne peut que constater le potentiel de ce trio de pop-rock-aérien. On verra bien ce que donnera Nasa par la suite mais ça à l’air prometteur.

3ème édition du festival Les Brasseurs du Lac | Jour 2
3ème édition du festival Les Brasseurs du Lac | Jour 2

19h, les horloges de la programmation (superbe idée d’ailleurs, j’ai kiffé le concept (voir ci-dessus)) annoncent le tour d’un groupe de hip-hop toulousain : Grosso Modo. Alors bon, il faut savoir que moi et le hip-hop c’est pas vraiment une histoire d’amour. Les samples, j’ai jamais réussi à accrocher. Mais Grosso Modo bizarrement ça passe ! J’ai même trouvé ça intéressant (comme quoi, faut garder l’esprit ouvert). Bastien au chant au rap a un bon flow et ses compères musiciens sont quand même très bons. On peut constater qu’un violon dans un groupe de hip-hop passe très bien et c’est un bon exemple pour illustrer le fait qu’en musique, tout est possible et qu’il ne faut pas s’imposer des règles à la con du genre : « le rock c’est : guitare/basse/batterie et le violon c’est pour la musique classique ». Bravo Grosso Modo, j’ai apprécié le hip-hop le temps d’un concert.

20h, la chaleur peine encore à se faire oublier alors que le trio Nord Church foule les planches. Hugo, JB et Adrien entament leur set trip-hop devant leurs amis bacheliers + quelques festivaliers qui commencent à arriver au compte-goutte. Je ne pourrais pas vous dire si c’était bien ou pas parce que le trip-hop est un genre que je ne comprends absolument pas. Je ne pourrais même pas dire que j’aime pas, ou que c’est nul parce que ça me passe complètement à côté. Voilà. Donc désolée Nord Church mais c’était le moment idéal pour aller casser la croûte.

3ème édition du festival Les Brasseurs du Lac | Jour 2
3ème édition du festival Les Brasseurs du Lac | Jour 2

21h, c’est maintenant que les choses commencent à prendre une tournure intéressante. Katcross débute son set electro-pop devant un public qui s’étoffe de plus en plus. La nuit tombe, les esprits s’échauffent et les têtes commencent à remuer dans les premiers rangs. C’est la deuxième fois que je vois le duo en concert et je trouve qu’il se dégage d’eux une authentique générosité qui fait plaisir à voir et à entendre. Bons perdants du tremplin pour le Weekend des Curiosités que les Red Woods ont remporté, les Katcross sont restés fairplay et c’est par cette belle rencontre qu’ils sont là ce soir (parce que les Red Woods = les Brasseurs du Lac, à peu de choses près). Katcross a remporté une belle victoire ce soir puisqu’ils ont réussi à faire sortir le public de sa torpeur.

22h, c’est maintenant le tour des Deserteurs de montrer ce qu’ils ont dans le ventre. Le groupe est composé de Louisa et Maxime des Alone with Everybody et de Thomas Pradier à la guitare et au chant ainsi que de Jimmy des Marie Mathématiques qui élève la pratique du tambourin à un art qui demande une grand maîtrise et une immense concentration. Je rigole, je rigole, mais en vérité, j’ai beaucoup aimé ce quatuor de pop psyché. C’était assez entraînant et les festivaliers étaient assez réceptifs.

3ème édition du festival Les Brasseurs du Lac | Jour 2
3ème édition du festival Les Brasseurs du Lac | Jour 2

23h et des poussières d’étoiles, les Departure Kids montent sur scène pour déverser leur pop-garage dans les oreilles de l’assistance qui s’est bizarrement clairsemée. L’annonce d’une happy hour à la buvette par mégaphone juste pendant le changement de matos y est sans doute pour quelque chose. Le quatuor commence cependant son set sans sourciller. Ils font très teenagers quand même et se la joue à la 60’s, style Beatles. Pas vraiment les cheveux dans le vent mais plutôt la mèche collée sur les yeux.

« Alors c’était comment les Departure Kids ? » me demande Romain d’Alpaga.

« C’était sympathique, gentillet mais peut-être pas le groupe à programmer en fin de soirée ».

Sur ce, le DJ du Lac branche ses platines pour fêter la fin de cette troisième édition du festival des Brasseurs du Lac. Bilan plutôt positif même si j’ai trouvé qu’il y avait moins de monde que l’année dernière, peut être dû à une programmation un peu trop electro. J’ai passé un bon moment mais je n’ai pas été aussi « éblouie » que l’année précédente. Peut-être à cause du fait que j’ai perdu la magie de la découverte et que je me suis bien rendue compte de boulot monstrueux qu’il y a derrière l’envers du décor. Monter un festival, n’empêche, c’est un sacré défi alors un énorme bravo aux Brasseurs !

On se retrouve bientôt au détour d’un concert !

Bon été les rockeurs !

Makizara

Voir les commentaires

3ème édition du festival Les Brasseurs du Lac | Jour 1

Publié le par Makizara

3ème édition du festival Les Brasseurs du Lac | Jour 1

Vendredi 3 Juillet

Premier weekend de juillet, grosse chaleur, bouchons sur le périph’ mais on arrive juste à temps pour voir Space Duvet Cover inaugurer cette 3ème édition du festival Les Brasseurs du Lac. Il est 18h et le public est plus que clairsemé sur l’immense étendue d’herbe du site.

Sur scène, le jeune quatuor enchaîne reprises et compos en pratiquant assidument l’échangisme instrumental. Peu importe l’instrument qu’ils ont entre les mains, ces mecs-là assurent et c’est assez rare pour être souligné. La voix du chanteur est parfaite pour leur blues-rock. Leur set est carré et bien maîtrisé. Ils auraient pu faire danser les foules si seulement elles étaient là. C’est l’inconvénient de passer en premier mais il faut toujours qu’il y ait un premier, pas vrai ? Space Duvet Cover reste une belle découverte malgré l’amorphisme du public.

3ème édition du festival Les Brasseurs du Lac | Jour 1
3ème édition du festival Les Brasseurs du Lac | Jour 1

« Y’a pas grand monde pour l’instant mais ça va arriver ! » espère William Woods avant de repartir s’assurer que le festoch se déroule bien.

A 19h, Hugo derrière sa basse tente de réveiller les badauds en les apostrophant d’un « Allez, rapprochez-vous ! On veut de la bagarre, la première chanson s’appelle Fight ! ». Dung est dans la place et veut le faire savoir. Ils sont deux mais ils foutent un bordel à hérisser la permanente violine des mamies. Pourtant, il n’y a qu’une basse et une batterie (et du chant, vous vous doutez bien). Pas de guitare ! Comme quoi, on peut faire du rock qui envoie du steak sans guitare. I love that ! Quelques gentils pogos font leur apparition et c’est déjà une belle récompense pour Dung.

20h, c’est l’heure pour moi de me prendre une grosse claque ! My Great Blue Cadillac monte sur scène pour déverser son post-punk guttural. Ils sont deux : Louise et Eddy ainsi qu’une basse bien lourde et un tom bass parfois agrémenté d’une crash. Et c’est tout ! Eddy a une voix exceptionnelle, à la Ian Curtis. D’ailleurs, en écoutant ce duo montpelliérain, on ne peut que penser à Joy Division. J’adore, j’adore, j’adhère !

3ème édition du festival Les Brasseurs du Lac | Jour 1
3ème édition du festival Les Brasseurs du Lac | Jour 1

Un petit tour au foodtruck le temps pour Lindbergh de monter son matos, de s’accorder, de faire « Un, deux, Un, deux » dans le micro, de se réaccorder, de se recoiffer, de balancer une ou deux vannes, de se réréaccorder, de se mettre d’accord avec l’ingé son, de se réréréaccorder…

« Bouh, c’est long ! », s’impatiente Sandy à ma droite. « Ouais bah, on est une diva ou on l’est pas ! »

Ah ça y est, le trio commence (enfin) sa setlist dans la joie et la bonne humeur. Bah vaut mieux tard que jamais comme on dit, hein ! Heureusement que l’attente en valait la chandelle. Lindbergh (outre, un excellent exercice de prononciation) c’est de l’indie-rock/post-hardcore qui envoie du bois comme on aime. Pas vraiment le groupe adéquat pour un coucher de soleil mais on fait avec. Le public est plutôt réceptif et secoue de la crinière même si elle n’est pas aussi luxuriante que celle de Steve au chant et à la guitare. Bref, Lindbergh = un bon petit groupe à suivre.

21h, le diamant lumineux du Common Diamond prend place au centre de la scène alors que l’obscurité de la nuit laisse place à la désinhibition des festivaliers. Une demi-heure plus tard, le quatuor entame son show devant une assistance relativement étoffée et réceptive. C’est que le Common se fait petit à petit un nom et être programmé Place du Cap’ pour la fête de la musique ça donne un bon petit coup de pouce. Encore ce soir, on délivrera un "thumb up" au quatuor de space-pop !

3ème édition du festival Les Brasseurs du Lac | Jour 1
3ème édition du festival Les Brasseurs du Lac | Jour 1

22h30, avantage pour Mathieu à la batterie qui n’a pas trop à bouger de place puisqu’il officie également chez Dona Confuse. Le quatuor d’electro-krautrock qui ne m’avait pas particulièrement convaincu (oui, je le dis !) il y a deux ans au Connexion s’est transformé en trio depuis. Alors, je ne sais pas si c’est le plein air, si c’est le changement de line-up, si c’est le réel enthousiasme du public, si c’est le taux d’alcoolémie ou si c’est moi tout simplement, mais j’ai bien aimé Dona Confuse ce soir (oui, je le dis !). "C’était pas si pire" comme dirait l’autre. Quant au public, il est visiblement conquit à en voir le balancement de caboche, le martèlement du pied dans l’herbe et l’invasion de la scène pour le grand final. Bravo aux Dona en tout cas !

Il est minuit et des brouettes lorsqu’on laisse le collectif Longway et sa techno poursuivre les hostilités jusqu’au bout de la night. Demain, une autre grosse soirée nous attend encore avec une programmation tout aussi cool et éclectique qu’aujourd’hui. N’oubliez pas l’aspirine et la caféine les enfants !

Des smacks !

Makizara

Voir les commentaires